• Théo Hayez: l’affaire transmise au Coroner

    Théo Hayez: l’affaire transmise au Coroner
    Isopix

    «Les détectives de la police du district de Tweed/Byron, qui ont enquêté sur la disparition du Belge porté disparu, Théo Hayez, ont référé l’affaire au Coroner de Nouvelle-Galles du Sud», indique une déclaration de la police de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud (côte est).

    «Le garçon de 18 ans a été vu pour la dernière fois le vendredi 31 mai 2019 dans un hôtel sur Jonson Street à 23h00», poursuit la déclaration précisant que la famille du disparu exige le respect de sa vie privée à ce stade. La famille «souhaite remercier le public et la communauté de volontaires pour leur soutien continu», conclut la déclaration officielle de la police.

    Le bureau du Coroner a confirmé avoir reçu le dossier de la part de la police locale. Il appartient désormais à l’officier de justice de décider d’ouvrir ou non une enquête, un processus qui peut prendre plusieurs mois au minimum.

    Théo Hayez, jeune homme de 18 ans originaire de Overijse, était en voyage en Australie depuis fin 2018. Il a été aperçu pour la dernière fois le 31 mai dans la station balnéaire de Byron Bay alors qu’il devait retourner en Belgique début juin. Son téléphone avait été enregistré par une borne le lendemain près du phare au nord-est de la localité.

    Dimanche soir, près de trois mois après sa disparition, les proches du disparu, les volontaires et la communauté de Byron Bay se sont réunis sur une plage de la station balnéaire lors d’une cérémonie en sa mémoire. Une centaine de personnes étaient présentes au coucher du soleil et de grandes fresques avaient été dessinées dans le sable pour l’occasion.

  • Buizingen: 3 ans avec sursis requise à l’encontre du conducteur

    Buizingen: 3 ans avec sursis requise à l’encontre du conducteur
    Isopix

    Elle a estimé que ce dernier avait effectivement outrepassé un feu rouge et ainsi engagé sa responsabilité dans l’accident ferroviaire de Buizingen le 15 février 2010, causant la mort de plusieurs personnes.

    La procureure a tenu compte, pour déterminer la peine qu’elle requiert, du nombre de victimes mais aussi de la personnalité du conducteur de train.

    « Les experts psychiatres ont conclu que les victimes n’existent pas dans son histoire. Lors de ses dernières auditions, il est étonnament d’une grande sérénité. Il a déclaré : ’pour moi, c’est comme si je n’avais rien vécu. J’arrive à me regarder dans le miroir. C’est malheureux mais la vie continue. Moi, je vais bien, j’ai repris mes activités, je mange bien et je dors bien. Excusez-moi de bien vivre’. J’estime donc qu’il n’a subi aucun dommage moral comme l’avance sa défense », a avancé la procureure.

    « Pour moi, il n’y a aucun choc psychologique chez lui. Et, de surcroît, je constate qu’il n’a aucune empathie. C’est à blâmer », a-t-elle ajouté.

    Lourdes amendes pour la SNCB et Infrabel

    Par ailleurs, la procureure Catherine Ramaekers a requis la peine maximale à l’encontre de la SNCB, soit une amende pénale de 120.000 euros, portée à environ 700.000 euros avec les décimes additionnels. Elle a insisté pour qu’aucune mesure de sursis ne soit accordée pour cette peine. Elle a ensuite requis une amende pénale de 100.000 euros à l’encontre d’Infrabel, portée à environ 650.000 euros avec les décimes additionnels. Elle a également demandé que cette peine ne soit pas assortie d’un sursis.

    La SNCB et Infrabel ont engagé leur responsabilité dans l’accident ferroviaire survenu le 15 février 2010 à Buizingen, selon la procureure, en ayant manqué de prendre toutes les mesures de sécurité élémentaires.

    La représentante du ministère public a également pointé le manque de communication entre les deux entreprises, respectivement opérateur et gestionnaire du réseau ferroviaire belge.

  • Anthony Vanden Borre de retour à Anderlecht

    Anthony Vanden Borre de retour à Anderlecht
    Belga

    L’arrière-droit et ancien Diable rouge va s’entraîner quelques mois avec l’équipe des U21, avant qui sait de revenir dans le noyau professionnel où son ami Vincent Kompany compterait sur lui, comme nous l’évoquions il y a plusieurs semaines.

    Ce serait donc le deuxième retour d’Anthony Vanden Borre, 31 ans, dans son club de cœur. Formé chez les Mauves, AVB avait quitté une première fois son Sporting en 2007 pour la Fiorentina. Après avoir pas mal bourlingué, il était revenu à Bruxelles 2013, avant de repartir trois ans plus tard.

    « Le club tend à nouveau la main à son ancien arrière-droit, afin qu’il puisse faire son retour dans le monde du football professionnel en toute tranquillité. Des tests médicaux et physiques démontrent qu’Anthony Vanden Borre a encore les capacités nécessaires pour évoluer, à moyen terme, au plus haut niveau », indique le club de la capitale sur son site internet.

    «  Anthony Vanden Borre a été formé dans notre académie et il est venu nous demander, il y a quelque temps, si nous pouvions l’aider à être prêt à jouer de nouveau. En tant que club, nous le faisons naturellement pour ce fils de la maison », affirme le directeur sportif du club Michael Verschueren. « S’il veut démontrer qu’il peut encore revenir au plus haut niveau, nous désirons lui donner accès aux meilleures installations, sans pour autant lui promettre qu’il rejoindra le noyau A. Anthony doit travailler dans le calme, à son rythme, sans pression, mais avec une évaluation permanente. »

    Anthony Vanden Borre est quant à lui revenu à Neerpede pour la première fois depuis longtemps. « Revenir à la maison dans un environnement familier me fera du bien. Je suis très reconnaissant envers le club de me donner la possibilité de me sentir à nouveau footballeur. La seule chose que je puisse faire maintenant, c’est travailler. Travailler dur pour obtenir ma chance de redevenir footballeur pro à 32 ans. Je n’attends rien, mais j’espère que je pourrai donner quelque chose en retour à mon club. Par exemple, en partageant simplement mon expérience avec les jeunes U21 . »

  • Buizingen: le parquet requiert 3 ans pour le conducteur

    Buizingen: le parquet requiert 3 ans pour le conducteur

    En ce qui concerne les peines qui pourraient être prononcées, la défense du conducteur invoque tout d’abord le dépassement des délais raisonnables pour le jugement. Or, le ministère public considère que les propres négligences de la défense ont retardé l’instruction. Autre point, dans ses conclusions, la défense du conducteur invoque que l’ampleur du procès et le traitement médiatique ont pu nuire à la défense du prévenu.

    Le ministère public souligne que l’opinion et les publications de la presse n’entachent nullement à la défense du prévenu.

    Dans ses conclusions, la défense du conducteur invoque l’absence d’antécédents à son égard. Elle explique aussi que le conducteur a subi des dommages moraux après l’accident.

    « Or, selon le rapport, le conducteur n’a pas subi de dommage moral, ni de choc psychologique. Il présente une très grande sérénité face à cet accident. Il n’a d’ailleurs pas demandé de soutien psychologique et s’est exprimé de cette façon : « J’arrive à me regarder dans une glace, je sais que je n’ai rien fait. »

    « En fin d’audition, un enquêteur précise que le conducteur a même souri en fin d’audition. Il n’a eu aucune empathie envers les victimes. Ses divers refus d’être entendus pendant l’instruction, alors qu’il est dépeint comme un être narcissique, pousse le ministère public à demander une peine d’emprisonnement de 3 ans à son égard. Le ministère public considère cependant qu’il est le dernier responsable de la chaîne. Par conséquent, il demande que la peine soit faite avec sursis.

    SNCB

    Le ministère public estime que les fautes commises par la SNCB sont d’une particulière gravité, causant de graves dommages.

    « L’affaire Pécrot et ses victimes avaient déjà souligné les graves responsabilités de la SNCB », estime la procureure. « 6 ans après ce jugement, la catastrophe a été plus grande encore car la SNCB n’a pris aucune mesure suffisante en matière de sécurité. Pourtant, le nœud ferroviaire de Buizingen était considéré comme l’un des plus dangereux. Le ministère public réclame par conséquent la peine maximale autorisée par le code pour la SNCB, soit une amende de 120.000 euros, qui se chiffre à 700.000 euros avec les décimes additionnelles. Le ministère public s’oppose de manière ferme, à ce qu’un nouveau sursis soit accordé. Il faut une peine sévère et ferme pour la SNCB. »

    INFRABEL

    En ce qui concerne Infrabel, le ministère public considère aussi que les fautes sont personnelles. « Là encore, des fautes particulièrement graves ont causé des souffrances particulièrement vives pour les victimes et les familles des victimes. Infrabel a failli à ses obligations essentielles en matière de sécurité. Le manque de prévoyance et de précaution d’Infrabel doit être particulièrement sanctionné » Le ministère public réclame la condamnation d’Infrabel à une amende de 100.000 euros soit 615.000 euros avec les décimes additionnelles. Et sans aucun sursis. Le ministère public a conclu son réquisitoire par ces mots : « Je formule le souhait que chacun retienne les leçons de cette catastrophe et les souffrances des victimes.

  • «Il faut lui donner 10 bananes»: Lukaku encore victime de racisme

    ©Photonews
    ©Photonews

    En trois rencontres de championnat, Romelu Lukaku a déjà fait forte impression en Italie en inscrivant deux buts pour l’Inter Milan. Des débuts néanmoins entachés par des incidents racistes à son égard face à Cagliari il y a deux semaines. Pour le Diable rouge, cette histoire est déjà du passé. Mais en Italie, un consultant a remis de l’huile sur le feu.

    Luciano Passirani avait pourtant de bonnes intentions lorsqu’il évoquait les performances de Lukaku sur la chaîne TopCalcio24. « Je ne vois aucun joueur dans le championnat italien qui est comme Lukaku. Ni à l’AC Milan, ni à Rome, ni à la Lazio. C’est l’un des plus forts attaquants et je l’apprécie pour ça, il est deux fois plus fort que Zapata de l’Atalanta. Ces joueurs ont quelque chose en plus, ils marquent des buts et tirent l’équipe vers le haut. »

    Une tirade qui s’est terminée par un scandaleux dérapage du consultant. « En un contre un, tu es mort, tu tombes. Le seul moyen de l’arrêter, c’est de lui donner dix bananes à manger… » Des propos pour lesquels Passirani s’est excusé en fin d’émission, en vain. Le directeur de la chaîne Fabio Ravezzani est ensuite apparu à l’antenne pour s’excuser de ces propos, indiquant que le consultant en question ne sera plus invité sur la chaîne.

  • Jeanne Calment: une étude écarte la thèse de la supercherie

    Le docteur Michel Allard qui avait validé l'âge de Jeanne Calment
    Le docteur Michel Allard qui avait validé l'âge de Jeanne Calment - Isopix

    L’idée que la Française, devenue mondialement célèbre à la fin du XXe siècle en raison de son âge extraordinaire, n’était pas Jeanne mais sa fille Yvonne Calment, qui se serait substituée à elle en 1934, est « sans fondement », affirment les chercheurs suisses et français, qui cosignent ce travail dans le « Journal of Gerontology ».

    À l’appui de leur démonstration, les auteurs ont exhumé plusieurs documents historiques, dont un article paru dans la presse locale en 1934 à Arles – où vivait la vieille dame – attestant qu’une « foule particulièrement nombreuse » avait assisté aux obsèques d’Yvonne, la fille de Jeanne, décédée à l’âge de 36 ans.

    Difficile d’imaginer que ces nombreux témoins n’aient rien remarqué de la supercherie, « à moins d’accepter l’idée de la complicité de dizaines de personnes » dans cette fraude à l’identité, soulignent les chercheurs.

    « Tous les documents trouvés vont à l’encontre de la thèse russe », a dit à l’AFP l’un d’eux, le démographe Jean-Marie Robine, directeur de recherche à l’Inserm et à l’École pratique des hautes études.

    L’étude s’attaque à un autre argument des chercheurs russes, qui estimaient statistiquement impossible qu’un être humain puisse vivre 122 ans.

    En étudiant la longévité de toutes les personnes nées en France en 1875 et en 1903, les chercheurs ont calculé qu’un centenaire avait une chance sur 10 millions d’atteindre l’âge de 122 ans. Une probabilité certes faible, mais qui n’en rend pas moins l’âge de Jeanne Calment « plausible », selon un coauteur de l’étude, le gériatre et épidémiologiste François Herrmann, des Hôpitaux universitaires de Genève.

  • Échasses d’or Namur: record historique pour Christophe Corbiaux

    Christophe Corbiaux a battu tous les records.
    Christophe Corbiaux a battu tous les records. - V.L.

    Christophe Corbiaux a remporté l’Échasse d’or 2019. Le Namurois est maintenant le détenteur du record historique, jamais égalé. Il a célébré sa 8evictoire et a dépassé son père. L’échasseur namurois est resté le dernier debout sur ses échasses après moins d’une heure de match. Il a battu l’ensemble de ses partenaires des Avresses. Actifs depuis plus de 600 ans, les échasseurs sont l’un des groupes d’échassier le plus vieux du monde.

  • Chien en tyrolienne et voiture en feu à la caserne de Verviers

    Pouvoir monter dans le camion de pompier, c’est certainement ce qui plaît le plus aux enfants.
    Pouvoir monter dans le camion de pompier, c’est certainement ce qui plaît le plus aux enfants. - S.M.G.

    Ce dimanche 15 septembre, les pompiers de Verviers accueillaient petits et grands pour la journée portes ouvertes à la caserne, située sur Simon Lobet.

    L’occasion pour tous de découvrir le métier de pompier autrement qu’à la télévision, et même de s’essayer au métier.

    On pouvait apprendre les bases de la réanimation, durant cette journée portes ouvertes.

    La démonstration de désincarcération a été suivie d’un test par les visiteurs.

    Diverses activités étaient proposées, depuis la désincarcération et l’utilisation d’outils pour découper la tôle, à la tyrolienne, en passant par les démonstrations d’extinction de feu. De quoi divertir tout le monde et même, peut-être créer quelques vocations. « Il faut dire que le temps est avec nous. Je ne sais pas combien de visiteurs sont venus aujourd’hui, mais il y en a certainement autant que l’année dernière. On doit tourner autour des 2.500 », s’enthousiasme Didier Bayard, président de l’Amicale des Pompiers verviétois.

    Les yeux des visiteurs étaient tous rivés sur le chien et son maître en pleine action.

    Le public à l’air ravi. En particulier les enfants qui poussent des cris de joie lorsqu’ils apprennent qu’un chien de la Rescue Dog Belgium va descendre en tyrolienne pour une démonstration d’intervention pour retrouver un corps.

    La démonstration de tyrolienne avec le chien de secours a particulièrement plu aux enfants.

    Le chien est spécialement entraîné à retrouver les corps dans les décombres.

    Il y a ceux qui voient les pompiers pour la première fois, comme Jules : « J’ai pu monter dans le gros camion de pompier devant, c’était trop cool. J’ai envie de revenir encore », s’impatiente le petit garçon venu avec ses parents. Et puis il y a ceux que l’on pourrait appeler des habitués. Mia et son frère Léo viennent chaque année depuis quatre ans et ne se lassent pas du spectacle que leur sert l’équipe des pompiers.

    Les pompiers doivent d’abord éteindre les véhicules en feu là où il n’y a pas le réservoir.

    Les hommes du feu doivent toujours porter leur masque à oxygène.

  • Trump reconnaît avoir le teint orange et il en donne la raison

    Youtube
    Youtube

    Cette semaine, Donald Trump s’est rendu à Baltimore à l’invitation des républicains. Devant un parterre amusé, il a reconnu avoir le teint orange. Et il a expliqué ce qui, selon lui, provoque ce teint : les ampoules à basse consommation. « La lumière n’est pas bonne, elle me fait un teint orange », a-t-il dit.

  • Les femmes en force dans les gouvernements PS-MR-Ecolo

    Les femmes en force dans les gouvernements PS-MR-Ecolo

    Les nouveaux ministres du Gouvernement wallon ont prêté serment ce vendredi matin. Parmi eux, une présence féminine plus prononcée que d’habitude. En cause : un décret qui impose désormais un tiers de personnes du même sexe. Un tiers de 8 étant égal à 2,66, il fallait arrondir à trois. Le compte y est avec Christie Morreale (PS), Valérie De Bue (MR) et Céline Tellier (proposée par Ecolo).

    Valérie De Bue

    Céline Tellier.

    A la Fédération Wallonie-Bruxelles par contre, aucune règle n’existe. Et pourtant, les femmes occupent trois postes sur les cinq. Une majorité donc, ce qui est plutôt rare dans le monde politique.

    Dans les deux cas, chaque parti a « sa femme ». Un engagement existait-il en amont ? En politique, il n’est en effet pas rare – et on peut le déplorer – d’entendre : « Ok mais c’est toi qui amènes la femme… » Ici, PS, MR et Ecolo ont chacun joué le jeu.

    Bénédicte Linard.

    Caroline Désir, ministre de l’Enseignement obligatoire.

    Le précédent Gouvernement wallon avait déjà procédé de la sorte. Mais n’étant composé que de deux partis, le nombre de femmes s’était lui aussi limité… à deux, avec Alda Greoli pour le cdH et Valérie De Bue pour le MR.

    Au niveau des partis à présent, c’est Ecolo qui a proposé le plus de femmes : deux sur trois. Pour les deux autres, PS et MR, on est à deux sur cinq. Mais là encore : si Ecolo avait eu cinq ministres comme les autres, se serait-il contenté de femmes ou en aurait-il envoyé davantage ?

    Valérie Glatigny

    Une déception tout de même pour les défenseurs d’une présence plus égale des deux sexes en politique : les deux ministres-présidents restent, aujourd’hui encore, des hommes.

    Les Gouvernements wallons passés...

    2009-2014 : 1 femme sur 8

    2014-2017 : 1 femme sur 8

    2017-2019 : 2 femmes sur 7