L’URSL Visé a dû vaincre son stress

Que de frayeurs pour une grande joie.
Que de frayeurs pour une grande joie. - Van Ass

Obligé de se retourner à deux reprises alors que les attaquants de Champlon n’ont pas été souvent en position de conclure, Kevin Aerts admet que le groupe visétois s’est une nouvelle fois fait inutilement bien peur.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct