Bulle sociale, télétravail, magasins, mariage: voici tout ce qui change suite au CNS

Bulle sociale, télétravail, magasins, mariage: voici tout ce qui change suite au CNS

Ce lundi 27 juillet, le Conseil national de sécurité, qui rassemble la Première ministre, les ministres-présidents des entités fédérées, les ministres compétents ainsi que des experts et, exceptionnellement, des gouverneurs de certaines provinces, s’est réuni pour adapter le dispositif à l’évolution de la pandémie dont des signes de rebond sont perceptibles depuis plusieurs semaines, en Belgique, comme à l’étranger.

De nombreuses mesures ont été prises afin de lutter contre le rebond de l’épidémie. Depuis plusieurs semaines, le nombre de contaminations ne cesse d’augmenter et de nouvelles règles ont été apportées pour inverser la tendance.

Voici les éléments principaux qu’il faut retenir et qui entreront en vigueur dès ce mercredi 29 juillet.

1/ Bulle sociale réduite

Le Conseil national de sécurité a décidé lundi de réduire la « bulle » de contacts autorisés à un maximum de 5 personnes par foyer. Ces 5 personnes, qui ne comprennent pas les enfants de moins de 12 ans, ne sont plus calculées par personne mais donc bien par famille.

Et ce chiffre ne compte plus « par semaine », comme la bulle de 15 qui était valable actuellement, mais ce sont bien les 5 mêmes personnes que chaque foyer devra considérer comme « contacts proches » jusqu’à la fin août.

« A partir du 29 juillet, et au moins pour 4 semaines, la bulle sociale sera réduite à 5 personnes fixes, pour une même famille, un foyer tout entier, sans compter les enfants de moins de 12 ans », a expliqué la Première ministre Sophie Wilmès en conférence de presse à l’issue du Conseil national de sécurité.

Il s’agit donc des personnes que l’on peut voir en plus de sa propre famille, et avec lesquelles on peut avoir un contact rapproché, sans respect constant de la distanciation sociale. « Pour tous les autres, il faut respecter en permanence les distances », insiste Sophie Wilmès. « Et il est toujours conseillé de porter le masque ».

Il s’agit d’une recommandation des experts de la Celeval, la cellule d’évaluation de la situation, « que nous suivons à la lettre », a-t-elle précisé. D’ici à mercredi, « ce n’est pas l’idée de faire n’importe quoi », a encore insisté la Première ministre.

Jusqu’ici, une « bulle » de maximum 15 contacts rapprochés par personne et par semaine valait, sauf là où les autorités provinciales avaient décidé de réduire cette bulle à 10, comme à Anvers.

2/ Événements et rassemblements

Le Conseil national de sécurité a resserré la vis en matière de rassemblements, de manière à tenter d’endiguer la propagation du coronavirus en Belgique. Les événements vont devoir encore limiter les présences, et les rassemblements privés sont aussi fortement limités à un maximum de 10 personnes (sans compter les enfants de moins de 12 ans).

Pour ce qui est des événements organisés, avec public, il y a un nouveau maximum strict : 100 personnes si c’est en intérieur, 200 si c’est à l’extérieur, avec obligation quoi qu’il en soit de porter le masque.

« Nous demandons aux autorités locales de revoir scrupuleusement chaque événement prévu sur leur territoire cet été, et d’éventuellement en annuler si besoin. Dans tous les cas, les événements avec public doivent respecter des protocoles » assurant la sécurité par rapport à la pandémie, a indiqué la Première ministre Sophie Wilmès. Dans la foulée, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, a décidé lundi d’annuler complètement la prochaine édition (déjà raccourcie) de la Foire du Midi, qui devait se tenir du 1er au 30 août.

Pour ce qui est des événements non encadrés, comme les rencontres avec famille et amis, les excursions, etc., une nouvelle limite maximale de 10 personnes est instaurée, sans compter les enfants en-dessous de 12 ans. « Cette limite vaut aussi pour les réceptions, banquets et autres », indique Sophie Wilmès. Les mariages et les fêtes sont donc aussi concernés par cette limite de 10 personnes. « C’est une décision très difficile pour tout le monde. Dès que nous limitons les contacts rapprochés, nous savons que nous limitons les libertés individuelles », a indiqué Sophie Wilmès.

Une exception vaut pour les camps d’été, stages, plaines de jeux, et autres activités encadrées (par exemple sportives), pour lesquels les règles ne changent pas.

3/ Télétravail

Dans le monde professionnel, le télétravail est fortement recommandé quand c’est possible. Il y a moyen de trouver des systèmes de « rotations » entre collègues, par exemple, a indiqué Sophie Wilmès. « Il était toujours recommandé mais on voit qu’il est de moins en moins utilisé », justifie la Première ministre.

4/ Magasins et trajets de trains

Retour en arrière en ce qui concerne les courses au magasin  : on doit faire ses courses seul (ou accompagné d’un mineur vivant sous le même toit ou une personne ayant besoin d’une assistance), pour une durée de 30 minutes seulement sauf en cas de rendez-vous. La ministre de l’Economie Nathalie Muylle a précisé qu’il y aura malgré tout des soldes dès le 1er août, comme il avait été prévu dans le cadre du déconfinement progressif. « Nous les avons déjà postposées d’un mois, mais on ne peut pas remettre constamment à plus tard une ’saison d’été’. Les stocks sont là, et c’est crucial pour le secteur », a justifié la ministre.

Autre décision : pour éviter certaines affluences dans des endroits très fréquentés du pays, la mesure qui visait à accorder des trajets en train gratuits aux citoyens sera reportée en septembre.

5/ Tracing dans d’autres endroits

Les coordonnées de contact seront demandées dans des endroits commes les centres de bien-être, les wellness, les salles de sport, où il y a plus de risque de contamination car les personnes sont « activement engagées » (en mouvement). Une liste complète des lieux concernés sera publiée dans l’arrêté ministériel. À cet égard, ils seront soumis aux mêmes obligations que l’Horeca.

Cet effort prend place dans le « contact tracing ». Via ce système, on espère stopper les chaînes de transmission du coronavirus en alertant les personnes qui ont été en présence, sans le savoir, d’une personne porteuse du virus. Le but est alors que ces personnes, potentiellement contaminées, puissent rapidement se faire dépister et éventuellement se placer en quarantaine.

6/ Rien ne change concernant le port du masque

Rien ne change par rapport à ce qui a été annoncé la semaine dernière concernant le port du masque. « Si vous faites la liste de tous les endroits et situations où le masque est obligatoire, on voit qu’il est déjà obligatoire dans beaucoup d’endroits. Mais c’est compliqué de l’obliger tout le temps, partout, par exemple quand vous êtes seul à marcher dans une rue en fin de soirée en rentrant d’une journée de travail éreintante… », a expliqué la Première ministre. Donc rien ne change concernant le port du masque.

Pour rappel, le masque est déjà obligatoire  : dans les rues commerçantes et tout endroit public ou privé à forte fréquentation déterminées par les autorités communales, dans les bâtiments accessibles au public, les marchés (dont les brocantes, marchés aux puces, fêtes foraines, fêtes commerciales et salons), dans les établissements relevant du secteur Horeca (pour le personnel et les clients, sauf quand ces derniers sont à table), dans les transports en commun, les espaces publics fermés comme les magasins et centres commerciaux, les cinémas, les salles de spectacles, les salles de concert ou de conférence, les lieux de cultes, les musées et bibliothèques, les auditoires, les casinos et sales de jeux automatiques, les bâtiments de justice (dans les parties accessibles au public), mais aussi chez le coiffeur, l’esthéticienne et les autres professions de contact.

7/ En ce qui concerne l’approche locale

Le Conseil national de Sécurité insiste pour que les autorités locales prennent des mesures fermes dans leur commune si la situation épidémiologique se détériore. Ils reçoivent les données épidémiologiques des autorités régionales et disposent de toute la possibilité d’intervenir si la situation l’exige.

8/ L’épidémie

« Nos décisions s’expliquent par l’évolution entre les deux rapports d’experts, à quelques jours d’intervalle. Nous espérons ne pas devoir imposer de mesures plus strictes dans les semaines qui viennent mais je dois être honnête. Si nous voyons que les chiffres de l’épidémie vont dans le mauvais sens… Selon les experts, nous allons suffisamment loin avec ces mesures et on n’aura pas besoin d’aller plus loin. Mais on ne sait jamais », a expliqué Sophie Wilmès.

« Gardons à l’esprit que toutes ces mesures sont faites pour éviter un reconfinement. Il faut donc les respecter. À tout âge. Dans toutes les situations. Cela signifie aussi à l’étranger car – si les règles peuvent être légèrement différentes – l’esprit reste le même : quand on limite nos contacts, on limite les risques », a conclu la Première ministre.

Toutes les déclarations de Sophie Wilmès à retrouver dans notre direct

Le CNS renforce les mesures pour la présence du public aux compétitions sportives

Le CNS renforce les mesures pour la présence du public aux compétitions sportives
Photo News

Le Conseil national de sécurité (CNS) a décidé lundi de réduire le nombre de personnes pouvant assister à des événements, passant de 200 à 100 en intérieur et 400 à 200 en extérieur. Une mesure qui concerne donc les compétitions sportives.

Lors du lancement de la phase 4 du déconfinement le 1er juillet dernier, le CNS avait décidé que les événements en intérieur pouvaient accueillir 200 personnes et 400 personnes en extérieur. La mesure avait été maintenue à l’issue du CNS du jeudi 23 juillet.

Avec le nombre de nouvelles contaminations qui grimpe en flèche dans tout le pays, le CNS a décidé de réduire ces chiffres à 100 personnes pour les événements en intérieur et 200 personnes à l’extérieur. Dimanche, Ben Weyts, le ministre flamand des Sports, avait déjà annoncé que le public ne serait pas autorisé aux compétitions sportives organisées en Flandre.

La finale de la Coupe de Belgique de football entre l’Antwerp et le Club de Bruges prévue samedi était déjà prévue à huis clos, comme le match retour de la finale de D1B entre OHL et le Beerschot dimanche.

Le championnat de Belgique de football reprend le 8 août, également à huis clos.

Emmanuel André réagit aux annonces de Sophie Wilmès: «C’était nécessaire»

Emmanuel André réagit aux annonces de Sophie Wilmès: «C’était nécessaire»

Juste après la conférence de presse de Sophie Wilmès, durant laquelle elle a annoncé le renforcement de certaines mesures mises en place en Belgique, Emmanuel André a tweeté pour commenter ces décisions.

L’ancien porte-parole du centre de crise et responsable de la mise en place du tracing dans notre pays a salué les annonces de la Première ministre. « Je salue la décision du gouvernement d’étendre l’utilisation du masque et de réduire le nombre de contacts sociaux dans les sphères privée, publique et professionnelle. C’était nécessaire et c’est courageux. Merci. Faisons l’effort », a-t-il écrit.

Coronavirus: pas de changement annoncé ce lundi pour le port du masque en Belgique

Coronavirus: pas de changement annoncé ce lundi pour le port du masque en Belgique
BelgaImage

Ce lundi, le Conseil national de sécurité, qui rassemble la Première ministre, les ministres-présidents des entités fédérées, les ministres compétents ainsi que des experts, s’est réuni pour adapter le dispositif à l’évolution de la pandémie dont des signes de rebond sont perceptibles depuis plusieurs jours, en Belgique, comme à l’étranger.

Parmi les thèmes évoqués ce lundi, et vu l’inquiétante évolution du virus dans notre pays, le port du masque. Concrètement, rien ne change par rapport à ce qui a été annoncé la semaine dernière. Il est toujours plus prudent de porter également un masque même si, dans ces cas-là, il ne remplace jamais un respect absolu des distances de sécurité.

Pour rappel, le masque est déjà obligatoire  : dans les rues commerçantes et tout endroit public ou privé à forte fréquentation déterminées par les autorités communales, dans les bâtiments accessibles au public, les marchés (dont les brocantes, marchés aux puces, fêtes foraines, fêtes commerciales et salons), dans les établissements relevant du secteur Horeca (pour le personnel et les clients, sauf quand ces derniers sont à table), dans les transports en commun, les espaces publics fermés comme les magasins et centres commerciaux, les cinémas, les salles de spectacles, les salles de concert ou de conférence, les lieux de cultes, les musées et bibliothèques, les auditoires, les casinos et sales de jeux automatiques, les bâtiments de justice (dans les parties accessibles au public), mais aussi chez le coiffeur, l’esthéticienne et les autres professions de contact.

Le coronavirus rebondit en Belgique: «La rentrée scolaire pourra être mise à mal»

Le coronavirus rebondit en Belgique: «La rentrée scolaire pourra être mise à mal»
Belga image

Ce lundi, le Conseil national de sécurité, qui rassemble la Première ministre, les ministres-présidents des entités fédérées, les ministres compétents ainsi que des experts, s’est réuni pour adapter le dispositif à l’évolution de la pandémie dont des signes de rebond sont perceptibles depuis plusieurs jours, en Belgique, comme à l’étranger.

Parmi les thèmes évoqués ce lundi, et vu l’inquiétante évolution du virus dans notre pays, les écoles et la rentrée de septembre. Sophie Wilmès a expliqué, lors de la séance de questions-réponses avec les journalistes, que les ministres de l’éducation ont prévu un modèle qui va s’adapter en fonction de la situation épidémiologique.

« Le but est de permettre de voir, déjà à l’avance, tous les types de situations devant lesquelles on pourrait se retrouver et permettre la reprise scolaire. Aujourd’hui, c’est beaucoup trop tôt pour savoir dans quelle situation on sera en septembre. Ce que l’on sait, c’est que si on n’intervient pas de manière drastique, on pourrait être dans une situation tellement difficile que la rentrée scolaire pourra être mise à mal. Elle s’inscrira dans le cadre qui sera prédéterminé », a-t-elle déclaré.

Mesures fortes au Conseil National de Sécurité ce lundi: suivez la journée en direct

Mesures fortes au Conseil National de Sécurité ce lundi: suivez la journée en direct

Ce lundi 27 juillet, un nouveau Conseil national de sécurité (CNS) a eu lieu. Programmé d’urgence suite aux derniers chiffres de l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Belgique considérés comme inquiétants, voici les nouvelles mesures adoptées.

Revivez la conférence de presse de Sophie Wilmès en vidéo

Voici les éléments à retenir

- A partir du mercredi 29 juillet La bulle sociale passe de 15 personnes par semaine à 5 personnes, toujours les mêmes, pour les quatre prochaines semaines. De plus, et contrairement à avant, la limite de cinq personnes est valable pour un foyer en entier et non plus par personne.

- Retour en arrière pour les magasins. Il faudra désormais refaire ses courses seul et pour une durée maximale de 30 minutes ! Vous pouvez être accompagné d’un mineur vivant sous le même toit ou d’une personne ayant besoin d’une assitance.

- Le télétravail est fortement recommandé quand cela est possible.

- Alors que le nombre de personnes autorisées pour les événements devait doubler au 1er août, le CNS a décidé de réduire ce nombre. Désormais, 100 personnes pourront assister aux événements à l’intérieur, et 200 à l’extérieur. Le masque sera obligatoire.

- Pour les réunions non organisées, comme pour les rassemblements, les sorties ou les rencontres avec la famille ou les amis, celles-ci seront limitées à 10 personnes maximum. Cette limite n’inclut pas les enfants de moins de 12 ans. Sont considérés comme des réunions non organisées, les réceptions et les banquets.

- Les mariages, fêtes privées, sont aussi limités à maximum dix personnes.

- Pour éviter certaines affluences dans des endroits très fréquentés du pays, la mesure qui visait à accorder des trajets en train gratuits aux citoyens sera reportée en septembre.

- Les coordonnées seront demandées dans des endroits commes les centres de bien-être, les wellness, les salles de sport.

- Concernant l'approche locale, nous insistons pour que les autorités locales agissent de manière décisive dans leur commune si la situation épidémiologique s'aggrave. Elles reçoivent les données épidémiologiques des autorités régionales et disposent d'une large marge d'intervention si la situation l'exige.

Revivez la conférence de presse de Sophie Wilmès en direct commenté :

Revivez les grands moments de cette journée en notre compagnie:

– 15h10 : Annonce très attendue, celle concernant les événements. Selon nos informations, la limite serait réduite de moitié. 100 participants seraient autorisés pour un événement intérieur, 200 pour un événement extérieur.

–  14h55 : On sait ce qui a été décidé concernant la bulle sociale. Ce sera 5 par famille pendant un mois. Informations ici.

–  14h30 : La réunion prend fin petit à petit ! Sophie Wilmès vient d’annoncer que la conférence de presse annonçant les mesures aurait lieu à 15h45 !

–  13h30  : le gouverneur de la province d’Anvers a quitté la réunion. Elle doit assister à une réunion de crise concernant sa province. Il est possible que des mesures plus sévères soient adoptées pour la province anversoise vu la situation.

–  13h00 : le Conseil national de sécurité s’éternise. Il faut dire que des décisions importantes doivent être prises. On ne sait toujours pas à quelle heure lieu la conférence de presse.

–  12h15  : Vers un reconfinement local de quartiers ou de villes ? « Je pense que c’est nécessaire », estime Denis Ducarme. Sa déclaration ici.

–  11h45  : dans 121 communes du pays, le seuil d’alarme a été dépassé. Découvrez ici si votre commune est concernée.

–  11h : le Centre crise a tenu sa conférence de presse : voici ce qu’il faut en retenir.

–  10h30  : un invité « surprise » est de la partie ce lundi matin au CNS. Nos infos ici.

–  10h : pendant ce temps, 230 citoyens rappellent qu’ils ne sont pas ravis des décisions prises par les autorités… et attaquent l’état belge  !

–  9h30 : Koen Geens, le ministre de la Justice, a confirmé que la situation avait énormément évolué ces derniers jours : « Aucun d’entre nous ne pensait que ce serait si mauvais ».

–  9h : le CNS a débuté. Pour Marc Van Ranst, il s’agit de « la réunion la plus importante depuis mars ».

– 8h45 : selon nos informations, le Celeval aimerait faire passer la bulle sociale à 5 personnes par semaine. Nos informations ici.

–  6h45 : les chiffres du jour continuent d’augmenter : tous les détails ici.

– 6h30 : Bulles sociales, masques, confinement… : le Conseil national de sécurité veut frapper fort ce lundi ! Voici ce qui est à l’ordre du jour.

Rebond du coronavirus en Belgique: la bulle sociale réduite à 5 personnes par famille

Rebond du coronavirus en Belgique: la bulle sociale réduite à 5 personnes par famille
BelgaImage

Ce lundi, le Conseil national de sécurité, qui rassemble la Première ministre, les ministres-présidents des entités fédérées, les ministres compétents ainsi que des experts et, exceptionnellement, des gouverneurs de certaines provinces, s’est réuni pour adapter le dispositif à l’évolution de la pandémie dont des signes de rebond sont perceptibles depuis plusieurs semaines, en Belgique, comme à l’étranger.

Parmi les thèmes évoqués, et vu l’inquiétante évolution du virus dans notre pays, la question de la bulle sociale.

Le Conseil national de sécurité a décidé lundi de réduire la « bulle » de contacts autorisés à un maximum de 5 personnes par foyer, dès ce mercredi 29 juillet. Ces 5 personnes, qui ne comprennent pas les enfants de moins de 12 ans, ne sont plus calculées par personne mais donc bien par famille.

Et ce chiffre ne compte plus « par semaine », comme la bulle de 15 qui était valable actuellement, mais ce sont bien les 5 mêmes personnes que chaque foyer devra considérer comme « contacts proches » jusqu’à la fin août.

« A partir du 29 juillet, et au moins pour 4 semaines, la bulle sociale sera réduite à 5 personnes fixes, pour une même famille, un foyer tout entier, sans compter les enfants de moins de 12 ans », a expliqué la Première ministre Sophie Wilmès en conférence de presse à l’issue du Conseil national de sécurité.

Il s’agit donc des personnes que l’on peut voir en plus de sa propre famille, et avec lesquelles on peut avoir un contact rapproché, sans respect constant de la distanciation sociale. « Pour tous les autres, il faut respecter en permanence les distances », insiste Sophie Wilmès. « Et il est toujours conseillé de porter le masque ».

Il s’agit d’une recommandation des experts de la Celeval, la cellule d’évaluation de la situation, « que nous suivons à la lettre », a-t-elle précisé. D’ici à mercredi, « ce n’est pas l’idée de faire n’importe quoi », a encore insisté la Première ministre.

Jusqu’ici, une « bulle » de maximum 15 contacts rapprochés par personne et par semaine valait, sauf là où les autorités provinciales avaient décidé de réduire cette bulle à 10, comme à Anvers.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Anvers (prov. d'Anvers)Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Aussi en Belgique