Les kinés sont aussi concernés: «La sélection est illogique»

Le kiné est en colère.
Le kiné est en colère. - COM

Les kinésithérapeutes sont dans la même situation. Ils n’ont pas le droit non plus à cette indemnisation de 5.000 euros. « Les kinés font face à deux problèmes », détaille Frédéric Hühn, kiné dans un cabinet de la région de Mons. « Le premier : on nous autorise à travailler et à soigner les cas urgents mais nous n’avons aucun moyen de nous protéger.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct