Plus de violence à l’égard des femmes en Wallonie picarde

En augmentation hélas.
En augmentation hélas. - Isopix

La plage horaire du jeudi était déjà complète dès le lundi. Ce n’est pas dû au fait que plus de femmes désirent avorter, mais bien parce que les hôpitaux sont fort sollicités par la crise du coronavirus. « Les femmes ont aussi peur de se rendre à l’hôpital par crainte d’attraper le virus », constate-on.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct