Sans aide, le Caméo de Tamines pourrait ne pas survivre

Vivian Audag ne sait pas de quoi seront faites les semaines à venir.
Vivian Audag ne sait pas de quoi seront faites les semaines à venir. - C.N.

De l’échevin du Commerce, au bourgmestre en passant par les ministres wallons ou encore la première, Vivian Audag, le gestionnaire du Caméo de Tamines (Sambreville) a poussé pas mal de portes pour obtenir une réponse. En effet, obligé de fermer et pourtant indépendant, il n’est pas éligible aux aides promises par l’État. « Pourquoi ? Je ne sais pas.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct