Interview: Patrick Roegiers, le Belge qui dézingue ses parents

Pas un sentimental.
Pas un sentimental. - D.R.

Morceaux choisis de son dernier roman, La Vie de famille. « Mon père est un con (…) Un minable, un pleutre, un couard, mais cela ne se voit pas (…) C’est un être d’une banalité sans nom (…) Si j’étais un homme, je ne serais pas fou de ma mère (…) Son fond n’est pas bon. Son regard n’est pas tendre (…) Je déteste ma mère… »

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct