Cinq dépôts en un an sur un champ d’Ecaussinnes

La detnière fois, c’était un canapé
!
La detnière fois, c’était un canapé ! - DR

Une chose est certaine : Julien en a marre. L’agriculteur ne supporte plus de constater la présence de dépôts sauvages en tous genres sur son champ. La dernière fois, c’était un canapé. Et selon l’Ecaussinnois, il s’agissait au moins de son cinquième dépôt sur l’année.

Découvrez l'abonnement numérique La Capitale à -50% pendant 6 mois !

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte -50%
Accédez à l'ensemble des articles et services de votre région pour 7€/mois

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct