Ferme de la honte à Manhay: l’agriculteur s’explique

Les conditions de vie n’étaient pas idéales mais les animaux étaient en bonne santé.
Les conditions de vie n’étaient pas idéales mais les animaux étaient en bonne santé. - D.R.

Le 23 juillet dernier, l’Unité du Bien-être animal, avec l’appui de la zone de police Famenne-Ardenne, et en présence d’un représentant du Parquet, saisit les trente-six bovins appartenant à Albert Mercier (74 ans) et son épouse (80 ans) à Deux-Rys (Manhay). Le couple d’agriculteurs était dans le collimateur de voisins et d’associations pour la protection des animaux depuis longtemps.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct