Les riverains expriment leur ras-le-bol à Beauvechain

Sans équivoque.
Sans équivoque. - D.R.

On y observe des panneaux sans équivoque (voir photos). «  Ce chantier date de juin, mais fin août 2017 il n’est pas terminé à cause du « ce n’est pas moi, c’est l’autre », un mini-litige entre Proximus et l’entrepreneur qui a effectué les travaux rue de Mélin  », explique le Beauvechinois Christian.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct